Savez-vous que vous pouvez aussi avoir un recueillement en présence de votre corps même si vous voulez une crémation ?

De nos jours, plusieurs personnes confondent malheureusement la tenue de funérailles avec la crémation. C’est dommage, car la crémation n’est qu’un simple mode de disposition d’un corps et ne permet pas de voir la personne défunte et lui dire au revoir. LA CRÉMATION N’EST PAS UN HOMMAGE À UNE PERSONNE, C’EST UNE FAÇON DE DISPOSER DE SON CORPS ! PLUSIEURS CROIENT, À TORT, QUE LA CRÉMATION PERMET D’ÉVITER LE CHOC OU LA PEINE DE PERDRE UN PROCHE, MAIS C’EST FAUX !

Bien des gens ignorent que même si vous choisissez la crémation, l’aquamation ou la cryogénisation pour disposer de votre corps vous pouvez aussi permettre à vos proches de se recueillir auprès de vous avant !

Qu’il s’agissent d’un moment d’intimité privé de quelques heures simplement pour la famille et les amis ou d’un recueillement plus élargi aux collègues, aux anciens élèves et autres, vous avez toujours la possibilité de permettre aux gens qui vous aiment de faire le deuil de vous en présence de votre corps ! Et même si vous désirez être incinéré après.

Comment ? C’est fort simple, toutes les entreprises membres de la Corporation des thanatologues du Québec offrent ce type d’hommage en présence du corps avant la crémation ! Ainsi, vous serez présenté, de la manière dont vous le désirez, dans un cercueil de location ou autres auprès de votre entourage qui pourra rappeler de vous dignement ! La crémation suivra … N’ayez crainte, cela se fait à peu de frais ! Renseignez-vous !

Parlez-en à votre entourage, mieux encore, prévoir vos funérailles en concluant un contrat d’arrangements ! Désirez-vous vraiment finir en cendres au fond d’une garde-robe ?

 

Publicités

Félicitations à notre membre honoraire Michel Léveillé pour son implication dans le deuil animalier avec son entreprise Auranimal.

 

Photo Michel Léveillée_jpg

Communiqué

Le  18  mars 2018

 

Félicitations à notre membre honoraire M. Michel Léveillé pour son engagement dans le deuil animalier.

La Corporation des Thanatologues du Québec tient à féliciter l’un de ses membres honoraires, M. Michel Léveillé, qui poursuit son dévouement auprès des familles en deuil de leur animal domestique.

  1. Léveillé est diplômé de l’Institut de thanatologie du Québec, il a longtemps été membre de la Corporation des thanatologues et y figure maintenant en tant que membre honoraire.

Il s’est retiré du domaine funéraire depuis quelques années, mais a choisi de mettre sa vocation au profit des familles en deuil dans le domaine animalier. M. Léveillé est donc président et fondateur de l’entreprise Auranimal, salon funéraire pour petits animaux, de St-Gabriel-de-Brandon, qui prend en charge les familles lorsque survient la mort d’un compagnon à quatre pattes.

« Nous avons observé un très grand besoin pour accompagner les propriétaires d’animaux de compagnie et leur entourage lors d’un décès. Il est certain que mon expertise de thanatologue m’a convaincu à fonder cette entreprise », mentionne M. Léveillé.

Aujourd’hui, Auranimal travaille auprès de nombreux vétérinaires au Québec et en collaboration avec certaines entreprises funéraires de la province qui sont sollicitées pour leur apport en deuil animalier. L’entreprise offre les services suivants :

  • Crémation individuelle et/ou assistée
  • Préarrangements funéraires sans dépôt de volonté
  • Visite privée
  • Articles commémoratifs
  • Soutien au deuil
  • Célébration de la vie
  • Accompagnement complet et une salle qui permet à la famille de voir une dernière fois leur compagnon, pour faciliter le chemin du deuil
  • Cueillette à domicile ou à la clinique vétérinaire 24 h /7 jours

La Corporation des thanatologues du Québec félicite M. Léveillé pour sa contribution dans ce domaine et encourage les entreprises funéraires membres à référer leurs clientèles auprès de l’entreprise Auranimal.

 

  • 30 –

À PROPOS DE LA CORPORATION DES THANATOLOGUES DU QUÉBEC

La CTQ regroupe plus de 500 entreprises spécialisées en rituels funéraires. Elle a pour mission de promouvoir l’excellence dans les services funéraires, de contribuer au développement professionnel et d’affaires de ses membres et de représenter le domaine funéraire afin de s’assurer que personne n’ait à faire l’économie du deuil.

Pour plus d’infos : https://www.domainefuneraire.com/

 

 

Source : Annie Saint-Pierre

Directrice générale

Corporation des thanatologues du Québec

418 622-1717

annie.saint-pierre@corpothanato.com

Quand le New York Times s’intéresse à l’importance des cendres humaines

Cendres

*** Photo Groupe Athos

Que signifient vraiment vos cendres humaines pour vous ? Pour certains, les cendres sont sacrées. Pour d’autres, elles sont, au mieux, comme une sorte de suie insignifiante. La réflexion du pasteur Timothy Hutton, de Burlington, qui est directeur de funérailles, a inspiré le New York Times.

« La semaine dernière, je suis allé au bureau de poste dans ma petite ville pour poster un colis. « Qu’y a-t-il dans la boîte?», demanda la postière. « Oh, tu sais, dis-je, des restes humains incinérés.  Elle répondit avec un enthousiasme inattendu. « Oh! j’ai des autocollants spéciaux pour ça! »

« C’est après plusieurs années que j’envoyais finalement les cendres de ma belle-soeur Katie à son fils du Tennessee, une tâche que j’avais remise en partie parce que je redoutais d’avoir cette même conversation à la poste. Mais la principale raison pour laquelle j’avais hésité à gérer les cendres était que je n’étais pas sûr de ce qu’ils signifiaient réellement – pour moi, pour mon neveu, pour tous les membres de notre famille encore endeuillée ».

 

Pour certaines personnes, les cendres sont sacrées, l’incarnation physique de nos esprits inextinguibles. D’autres les considèrent, au mieux, comme une sorte de suie insignifiante.

Je suis à peu près certaine que Katie aurait eu des sentiments ambivalents à propos du sort non résolu de ses cendres si elle avait examiné cette question à l’avance.  Kathie était comme tout le monde. Personne ne pense au sort de ses cendres humaines, car y songer, c’est admettre que nous sommes TOUS mortels.

Le pasteur Hutton est le membre de la famille qui considère les cendres comme sacrées. C’est probablement pourquoi les cendres de Kathie se sont retrouvées chez-lui.  « Elles se sont ensuite attardées sur une étagère dans mon bureau pendant cinq ans ».

Ce n’est pas une fin inhabituelle pour ses restes. Les restes de Dorothy Parker, par exemple, étaient assis dans un tiroir-classeur d’un cabinet d’avocats de Wall Street pendant 14 ans avant d’être finalement enterrés dans un jardin commémoratif au N.A.A.C.P, le quartier général de Baltimore. Ensuite, il y a le commandant Raphael Guido Rombauer, un vétéran de la guerre civile dont les cendres n’ont pas été revendiquées depuis 102 ans. Il a finalement été enterré en 2015, lorsque son arrière-petite-fille a organisé l’enterrement, assistée par des volontaires portant des uniformes de guerre civile.

Il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire avec les cendres. Un enterrement vert mélange vos cendres avec un semis pour en faire un arbre. Ou, comme l’a fait l’acteur James Doohan (qui a joué à Scotty sur « Star Trek »), vous pouvez choisir d’envoyer vos cendres dans l’espace sur une fusée SpaceX Falcon 9.

Quel est votre plan? Avez-vous eu cette conversation avec vos proches?<

« Une chose est sûre, m’éloignant de la poste, je repensais à Kathie, à sa joie de vivre, à son amour pour les bonnes choses et au cancer des ovaires qui l’avait emporté. En expédiant ses cendres à son fils, la douleur de sa perte m’a frappé de nouveau, comme si une partie d’elle avait été avec moi pendant tout ce temps et maintenant, une fois de plus, était perdue ».

*** Traduit et adapté en français

***Source New York Times

Assurances de frais funéraires : UN AVANTAGE POUR LES CONSOMMATEURS QUÉBÉCOIS

Il est faux de prétendre que la venue au Québec de l’assurance de frais funéraire coûtera plus cher aux consommateurs et nuira au domaine funéraire. Au contraire, le domaine funéraire et un domaine qui doit évoluer et qui doit mieux correspondre aux besoins des familles québécoises en 2018. L’assurance de frais funéraires favorisera l’accès à des contrats d’arrangements préalables. L’assurance de frais funéraire existe dans toutes les autres provinces canadiennes et ailleurs aux États-Unis et en Europe et il n’y qu’au Québec qu’elle n’est pas encore accessible aux consommateurs.

Voilà pourquoi nous pensons que l’arrivée des assurances de frais funéraires avantagera les consommateurs dans leur décision de conclure des arrangements préalables de services funéraires.

Soyons très clairs : Les assurances de frais funéraires ne changement absolument rien au concept des préarrangements funéraires. C’est dans la façon de placer les sommes confiées par les consommateurs qui est différente.

Concrètement, un consommateur qui conclue des préarrangements funéraires aujourd’hui au Québec est limité avec un seul choix pour placer l’argent qu’il verse à l’entreprise funéraire, soit de la déposer dans une fiducie comme l’exige la Loi sur les arrangements préalables de services funéraires et de sépulture.  Et il n’existe au Québec que deux institutions financières qui offrent ces placements. Les options sont limitées.

Or, la venue des assurances de frais funéraires, tel que proposé dans le projet de loi 141, permettrait au consommateur d’avoir une autre alternative dans la façon de placer l’argent qu’il prévoit consacrer à ses funérailles : soit dans une compagnie d’assurances.

Ainsi, la Corporation des thanatologues du Québec est favorable à l’avancement de notre domaine et appui le principe de l’assurance de frais funéraires parce qu’il favorise le consommateur en offrant une alternative à la situation actuelle.

Nous souhaitons toutefois que le ministre des Finances Carlos Leitao respecte certains articles du projet de Loi 141 et encadre les assurances de frais funéraires au Québec. Notamment :

  • Les assurances de frais funéraires doivent être proposées par une entreprise funéraire et non pas par des vendeurs d’assurances.
  • Les assurances de frais funéraires doivent être assujetties à la Loi sur les arrangements préalables de services funéraires et de sépulture.
  • Les assurances de frais funéraires doivent faire l’objet d’une campagne d’information pour le public afin que les consommateurs puissent faire des choix éclairés.

 

 

24852610_1757204697645279_7099884457250094438_n

Un thanatologue, c’est quoi au juste ?

Thanatologue

Qu’est-ce qu’une thanatologue ?

Ne devient pas thanatologue qui le veut. On vous dira souvent que le métier de thanatologue n’est pas un métier, que c’est une passion. Il faut effectivement avoir une certaine vocation pour travailler dans le domaine funéraire. Avoir de l’empathie n’est pas suffisant parce qu’un thanatologue accompagne davantage qu’il écoute.

En dépit cela, on constate que nos institutions d’enseignement accueillent de plus en plus d’étudiants n’ayant aucun lien de famille avec la thanatologie. Ceux-ci désirent devenir thanatologue pour soutenir les familles et il faut savoir que c’est un métier qui sort de l’ordinaire.

Il faut d’abord savoir qu’un thanatologue a plusieurs rôles. À ne pas confondre avec un thanatopracteur qui est un technicien diplômé en thanatologie, mieux connu sous le nom d’embaumeur. Au Québec, seul le Collège de Rosemont forme les thanatopracteurs qui doivent détenir un permis du ministère de la Santé et des services sociaux pour travailler dans une entreprise funéraire.

Mais un thanatopracteur peut également être un conseiller funéraire. Ces derniers sont ceux qui reçoivent les familles à la mort d’un proche. Ce sont eux qui ne font pas que conseiller les gens affectés par la mort, ils les accompagnent, les guident et les orientent vers les différents types de recueillement possible.

Un thanatologue c’est d’abord et avant tout une personne qui connaît le deuil, qui comprend comment on se sent à la mort d’une personne aimée. Un thanatologue doit savoir exactement ce que la personne devant elle ressent, il doit l’aider au moment où elle en a besoin.

Être un thanatologue exige beaucoup de tact, mais aussi beaucoup de professionnalisme, car le domaine funéraire comporte plusieurs réglementations qu’il faut respecter lors des funérailles. On ne fait pas ce que l’on veut avec une personne défunte et, non plus, avec les gens qui lui survivent.

Un thanatologue ne peut négliger les émotions de ses clients. Il travaille avec ces émotions, aussi puissantes qu’elles le sont. Un thanatologue est un thanatologue et c’est un métier exceptionnel.

Pour devenir thanatologue :

Collège de Rosemont ( permis de thanatopraxie)

Campus Notre-Dame-de-Foy ( conseillers en services funéraires )

Cégep de Rimouski (conseillers en services funéraires )

 

 

 

Un deuil.. en décembre, aux Fêtes ?

Entraide deuil de Outaouais

*** Image : Entraide Deuil Outaouais

*** TEXTE : Corporation des thanatologues du Québec

Un deuil est un deuil et il n’y a pas de meilleure période de l’année qu’une autre pour vivre une telle épreuve, selon la Corporation des thanatologues du Québec.

On parle d’épreuve, car oui, le deuil peut constituer une épreuve pour certaines personnes. Mais le deuil peut aussi être constitué d’émotions.

Vous trouverez des experts qui vous parleront d’étapes pour franchir un deuil et d’autres qui vous diront le contraire. La Corporation des thanatologues du Québec et ses 500 membres est d’accord avec un fait : UN DEUIL EST SPÉCIFIQUE À CHACUN ! Décembre et l’approche des Fêtes peut être pire pour certains, comme la Saint-Valentin, l’arrivée du printemps, les vacances d’été pour d’autres. Il n’y a pas de pires moments qu’un autre pour vivre un deuil.

Chacune de nos entreprises funéraires et chacun de nos partenaires travaillent quotidiennement avec la mort. Nous ne sommes donc pas insensibles aux sentiments qui traversent chaque individu que nous avons devant nous, chaque jour.

Les employés de nos entreprises funéraires membres et ceux de nos fournisseurs sont les mieux formés pour comprendre ce que vivent les familles endeuillées. Tous ont eux-mêmes un jour perdu un être cher dans leur vie et leur travail consiste à prendre soin d’une personne défunte comme si c’était leur mère, leur père, leur conjoint ou leur enfant.

Accompagner les endeuillés est primordial pour nous et nous le faisons avant, pendant et après la mort d’une personne. Depuis les dernières semaines, plusieurs entreprises membres de la CTQ organisent des cérémonies, à l’approche des Fêtes, pour les proches de ceux qui nous ont quitté au cours de la dernière année.

C’est l’une des façons de démontrer que nous sommes présents, pour les familles québécoises qui ont besoin de soutien après la mort d’un proche. En cette période de l’année, une chose est importante pour la CTQ et ses membres, l’écoute et le soutien que vous pourrez vous procurer au sein de notre organisation. N’hésitez pas à recourir à nos services, nous saurons vous soutenir.

 

La mort encore trop tabou… même à l’Halloween

La fête de l’Halloween est axée sur le funéraire, rempli de tombeaux et de cadavres. Novembre est le mois des morts pour honorer la mémoire de nos disparus. Pourtant,  le domaine funéraire demeure tabou. Que devons-nous comprendre ?

 

Personne n’hésite à envisager son mariage, les célébrations de son anniversaire. Toutes les jeunes filles rêvent de leur bal de graduation et leurs parents l’organisent en grand. Les couples sont fiers de souligner leur anniversaire de mariage… les parents font le baptême de leur nouveau-né avec satisfaction. La fête de l’Halloween se transforme en incursion dans le monde de la mort.  Les cimetières apparaissent partout, les cercueils sont visibles à tous les coins de rue, on se déguise en fantômes… pour faire peur aux enfants…

Mais on refuse toujours de parler de la mort ou de l’envisager avec sérieux. Pourtant, c’est un rituel… comme les autres.

 

Lorsque la mort se pointe dans une conversation en famille ou entre amis, plusieurs se tairont ou quitteront la table, d’autres imposeront leur vision simpliste, l’associeront à l’argent, laisseront le fardeau à ceux qui restent et plusieurs réussiront à la tourner en dérision. On n’hésite pas à rire de la mort, comme à l’Halloween, mais on refuse d’admettre que tout le monde va mourir, dont nous-mêmes.

 

La raison est simple : la mort est encore taboue, des mythes persistent, on craint de souffrir, de faire de la peine à ceux qui restent. ON CRAINT L’INCONNU.

 

Pour y remédier, nous vous suggérons de vous informer sur le domaine funéraire, de prévoir son rituel, de magasiner ses arrangements préalables et la disposition de son corps. Évidemment, cela paraît moins agréable d’orner la maison de cadavres en plastique ou de faux cercueils pour ce 31 octobre, mais c’est un exercice à faire essentiel afin de s’assurer du respect de ses dernières volontés.

 

Nous vous souhaitons une bonne soirée de rituels de célébrations !